Vous êtes ici : Accueil > :: Première :: > Devoirs > Corrigé DM EC2
Par : mj
Publié : 26 novembre 2015

Corrigé DM EC2

Voici une proposition de corrigé des EC2 que vous aviez à travailler pendant les vacances

Le document que nous avons à étudier est un graphique d’évolution intitulé « Consommation et prix du tabac ». Il a été publié par l’INSEE en 2010, dans les Tableaux de l’économie française. Ce document nous permet d’établir un lien entre la consommation de tabac (quantité exprimée en grammes de tabac, en moyenne et par jour) et le prix du tabac (exprimé en indice base 100 en 1970). L’étude porte sur l’ensemble de la population adulte française, sur une période allant de 1960 à 2009. On peut par exemple observer qu’en 2009, l’indice du prix du tabac, base 100 en1970, est de 220, c’est-à-dire que le prix du tabac a été multiplié par 2,2 entre ces deux dates. En 2009, en moyenne, un adulte consommait 3 grammes de tabac par jour en France. On peut voir sur ce graphique que la consommation de tabac est inversement proportionnelle au prix du tabac.

On constate d’une part que lorsque le prix du tabac diminue, la quantité de tabac consommée a tendance à augmenter. Ainsi, entre 1962 et 1970, l’indice du prix du tabac (base 100 en 1970) passe de 120 à 100. Le prix du tabac a donc diminué de 16,7 %. Sur la même période, on observe une augmentation de la quantité de tabac consommée en France, 6 g par jour en moyenne à 7 g par jour.

Inversement, lorsque le prix du tabac augmente, la consommation diminue fortement. C’est ce qui se produit à partir de 1991 et du début de la lutte contre le tabagisme en France avec le vote de la loi Evin. On constate qu’entre 1990 et 2005, le prix du tabac est multiplié par 2,75 (passant d’un indice 80 à un indice 220 – base 100 en 1970). Sur la même période, la consommation de tabac passe de 5,7g en moyenne par jour à 3 g (soit une baisse de 47,4%).

On peut donc conclure que la consommation de tabac suit une évolution inverse à celle du prix du tabac.

Le document que nous avons à étudier est un tableau à double entrée intitulé « Taux de chômage selon le diplôme, le sexe et la durée écoulée depuis la sortie de la formation initiale en 2014 », dont les données sont tirées de l’Enquête Emploi de l’INSEE. Ce document nous permet d’étudier les inégalités face au chômage en fonction du sexe et du niveau de diplôme, grâce à la proportion de chômeurs parmi les actifs des différentes catégories (hommes/femmes, diplômés du supérieur long/court, titulaires du Bac, CAP-BEP ou équivalent). L’étude porte sur l’ensemble des actifs sortis de formation initiale depuis 1 à 4 ans en France métropolitaine en 2014. Ainsi, on peut voir qu’en moyenne 20,1 % des actifs français sortis de formation initiale depuis 1 à 4 ans étaient au chômage. On peut, grâce à ce document, mettre en évidence des inégalités face au chômage.

On observe d’abord une inégalité entre hommes et femmes : les hommes sont davantage touchés par le chômage que les femmes. Sur 100 hommes actifs sortis de formation initiale depuis 1 à 4 ans, 21,7 sont au chômage, soit une proportion supérieure de 3,3 points à celle des femmes.

Par ailleurs, on peut constater que le taux de chômage a tendance à diminuer lorsque le niveau de diplôme s’élève : plus on est diplômé, mieux on est protégé du chômage. Ainsi, un actif sorti depuis 1 à 4 ans d’études avec un diplôme de l’enseignement supérieur long (bac+3 minimum) connaît un taux de chômage de 11,2 %, alors que ce taux s’élève à 27,9 % pour actifs sortis avec un CAP : le taux de chômage des moins diplômés est donc plus de 2 fois supérieur à celui des personnes ayant fait des études longues.

On constate donc que le chômage ne touche pas de la même manière toutes les catégories sociales et que les hommes et les moins diplômés sont davantage touchés que les autres catégories.

Pour mémoire, les sujets sont .

Documents joints